dimanche 15 janvier 2017

Winter - Rick Bass



Traduit de l'américain par Béatrice Vierne

« Personne ne me demande si j'ai l'intention de passer l'hiver au milieu d'eux ; la formule qu'ils utilisent de préférence, c'est : « Alors comme ça, vous allez essayer de faire l'hiver ici ? »» 

Contre tout attente, c’est un vrai bonheur d’affronter le froid glacial de l’hiver surtout quand c’est sous la plume de Rick Bass.
Écrivain écologiste originaire du Texas, il décide un jour de partir s’isoler près de la Yaak River au cœur d’une forêt du Montana. Comme une envie de retrouver l’essentiel, de se confronter à une nature rude et sauvage. Mais surtout de se confronter à un hiver, un vrai. 

« Le froid, c’est comme la douleur, je crois : On l’oublie vite, presque immédiatement. On essaie de s’en souvenir, mais il est si fugace. » 

Accompagné de sa femme Elizabeth, Rick Bass s’installe donc dans un ranch dont il sera le gardien. Isolement oblige, l’endroit est équipé d’un générateur et une radio pour les cas d’urgence. C’est dans une serre toute proche de la maison que l’auteur s’isole pour écrire et tenir son journal. 

« L’hiver est le temps des rêves. Les ours et les autres animaux rêvent-ils quand ils hibernent ? » 

Une vie nouvelle commence, rythmée par le lever et le coucher du soleil, par les aléas de la météo et par le bois qu’il faut couper et stocker pour ne pas se trouver pris au dépourvu quand vient le froid tant attendu. Le bois de chauffage, la peur d’en manquer sera une des obsessions de l’auteur. Nombre de ses journées y sont consacrées. Le citadin devenu rural, devenu presque bûcheron. Le corps fourbu, rompu, par l’effort répété, encore et encore.

Un  homme différent, un homme nouveau, plus en phase avec la nature, qui redécouvre le goût de l’effort, qui prend le temps d’écouter le vent dans les branches, les bruits sourds étouffés par la neige, d’observer un orignal qui colle son nez contre la baie vitré de la maison. Mais un homme qui apprécie aussi de descendre quelques bières en regardant un match avec ses voisins et amis au Dirty Shame Saloon. 

« Tout est tellement silencieux. C'est presque comme une vie après la vie. Jamais je n'aurais rêvé que je vivrais un jour dans un pays rude, à l'écart des gens, au milieu d'un tel calme. » 

Première incursion dans l’univers de Rick Bass, une écriture et une ambiance comme je les aime, une rencontre comme une évidence. 

Winter ou le journal d’un hiver dans le Montana…


Une lecture commune que j'ai eu le plaisir de partager avec Nad 
que je remercie pour ce cadeau d'anniversaire !

Découvrez son billet ICI !

ISBN 978 2 07 041405 5
263 pages
2010
7,70€
 

18 commentaires:

  1. « L’hiver est le temps des rêves », ça c’est trop vrai. Il y a la solitude et le silence. C'est doux, c'est du coton plein de vie et de douceur. C'est toujours durant cette période de l'année que je nourris des rêves d'avenir... ;-)
    Une envie de retrouver l’essentiel, comme tu le dis si bien...
    Superbe billet mon sweet kinG, qui donne envie de s’installer près du feu avec un livre et une doudoune :-*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie définition...
      On se refait une lecture commune quand tu veux ! ;)

      Supprimer
  2. On est dans le pur nature writing, là

    RépondreSupprimer
  3. L'hiver et la neige c'est toujours top quand on est dans son canapé avec son plaid (Muppet si mes souvenirs sont bons) et un thé (ou une bière si on bouquine avec le Bison ^^).
    Au début j'ai cru que c'était un succédané de Shining avec le type enfermé avec sa femme dans un ranch, l'hiver, coupés de tous ;-) Il semble qu'on en soit loin, que cette lecture soit plus reposante pour les nerfs que le bouquin du King :-)
    Bon, je m'en vais lire le billet de Nad !

    (NB : c'est potzi au fait ! ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plaid rouge en poils de Muppet, c'est ça ! ^^
      En effet, rien à voir avec Shining, c'est du nature writing, j'adore !

      Supprimer
  4. une lecture idéale pour cette saison ! J'avais découvert l'écrivain chez Gallmeister (on se refait pas hein ? ;-)) et j'en garde un très bon souvenir. a l'époque, j'ai failli acheter "winter"...j'aurais du, va falloir que je me rattrape.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compte bien en lire d'autres, chez Gallmeister oui ailleurs !

      Supprimer
  5. J'ai adoré le voir couper des bûches dans chaque chapitre. Sa vie, là-bas, dans la neige, dans l'hiver, consiste à couper du bois. C'est dément et ça donne soif, comme une envie après toute cette sciure de se plonger dans la poussière du Dirty Shame Saloon.

    RépondreSupprimer
  6. Une lecture parfaite pour le semaine glaciale à venir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était pour se préparer à la vague de froid !

      Supprimer
  7. c'est le premier livre que j'ai lu de lui
    Si tu as aimé je ne peux que te conseiller le journal des 5 saisons magnifique, plus abouti que Winter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce précieux conseil Dominique, je vois qu'il existe en Folio...

      Supprimer
  8. Un auteur que j'apprécie particulièrement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, je viens d'aller voir ça sur ton blog !

      Supprimer
  9. Je l'ai découvert chez Nad, et j'étais déjà très, très tentée... Et tu viens d'en remettre une couche avec ta chronique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, c'est la bonne saison pour le lire !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...